P1070619

Un véritable brouillard de fumée et de cendres s'abbat sur le village ...

P1070662

Triste résultat sur l'environnement d'un seïtadou juste au dessus du stade ....

P1070668

Le feu est venu lécher les installations sportives de Ninarde; on remarquera l'extrême sècheresse de la pelouse du stade au mois de mai ....

P1070659

Chemin du réservoir de Ninarde, la zone la plus touchée ...

 

Un déficit important en précipitations depuis l'automne dernier, un régime de vents de secteur nord ou nord ouest ce printemps  ( Mistral et Tramontane ); une sécheresse superficielle importante en mars et mai avec des périodes assez chaudes, les "ingrédients" semblaient être réunis , hélas, aux premiers déclanchements de feux de forêts ...( la photo juste au dessus montre l'état de sècheresse avancé pour cette saison de la pelouse du stade de Ninarde où le feu est venu lécher les installations du skate park notamment ainsi que le réservoir d'eau ... ).

 

Mardi 13 mai , aux alentours de 15 heures, plusieurs départs de feux sont signalés en bordure du sommet  de la "Fourque du porc" non loin de la  limite des communes d'Aujargues et de Congénies au niveau des replantations des années 1990. Le vent, violent, orienté au secteur nord ouest, a tôt fait de rabattre le front devenu rapidement incontrolable au sol, en direction du puech de Ninarde ( réservoir d'eau et installations sportives) et des premières maisons du village au milieu des pins.

 

Les grands moyens ont été alors déployés : plus de 150 pompiers au sol du Gard , de l'Hérault, de Vaucluse et des Bouches du Rhône, ainsi qu'un important dispositif aérien composé de 4 canadaire et 4 tracker pour une quarantaine de largages avant la tombée de la nuit. Il faut ici saluer l'excellent travail de toutes ces équipes qui ont contribué à circonscrire le sinistre aux portes du village dans des conditions pour le moins difficiles.

Sur un autre aspect, si les importants coupe feux ont parfois montré leurs limites en raison de la violence du vent favorisant les "sautes de feu", ils ont néanmoins permis d'éviter le pire . Une quarantaine de personnes du secteur Ninarde-Draille, chemin des telhs, a du cependant être évacuée de leurs maisons. Par " chance", deux sites emblématiques du "petit patrimoine congénois", ont été épargnés : les "pins de Farel" et leur cercle de cyprès centenaires ( où, d'ailleurs, il a fallu délivrer en urgence de leurs enclos des chevaux  )  ainsi que le "maset Lebrun" et son jardin des sculptures. Certaines capitelles, en revanche, ont eu moins de chance. Leur situation, au milieu de la garrigue et des pinèdes a , parfois, eu raison de leur environnement comme en témoigne ce petit seitadou dont le toit était couvert d'iris ...   On peut estimer à environ 30ha de surface parcourue par les flammes avec pricipalement un peuplement de pins parasols d'une cinquantaine d'années partis en fumée ( ceux qui avaient poussé après le grand incendie de 1959 ), de la Fourque du Porc, en passant par le vallon de Playcine puis la face ouest du puech de Ninarde qui avait été remplantée d'essences méditerranéennes il y a une vingtaine d'années ...  

Cet incendie, pourtant très tôt dans la saison, et , certes, beaucoup moins vaste que celui de juillet 1983, constitue, cependant, la plus importante menace et alerte pour la commune depuis l'incendie catastrophique de cette même année ...

P1070615

P1070622

Angoissant "soleil rouge" ...