L'histoire n'est pas faite que de grands événements, a fortiori dans un village. Les petits incidents permettent eux aussi de comprendre les mentalités ainsi que les difficultés de la vie locale. En témoigne cette lettre adressée par le corps municipal de Congénies à Rebuffat, procureur du district de Sommières le 14 brumaire an IV, c'est à dire le 5 novembre 1795. (Archives du Gard, cote L 1630 ; la transcription respecte la graphie et la ponctuation).
   "Congénies ce 14e brumaire an 4e Republicain
Citoyen
Le citoyen pierre Rabinel, de cette commune, a depuis environ quatre mois, de temps en temps, des excès de folie, au point qu'il se met en chemise, court les rues, frappe, et donne des coups aux uns et insultant les autres. dernièrement il a donné un coup de pierre à un enfant qui a failli fendre la tête, on nous lCIMG0327'a dénoncé. Nous avons cru l'arrêter, nous l'avons fait mettre dans une chambre de cette commune. nous vous prions, citoyen de vouloir bien nous dire, comment nous devons nous comporter, au sujet dudit Rabinel, devons nous le garder ou bien le relaxer.
              salut et fratenité.
Jaulmes off ml        Farel  p.D.l.c.
Nourrit  offm          benezet  off ml (1)
               J Coudougnan maire"

(1) Les abréviatoins signifient "officier municipal" et "procureur de la commune". Sous la date figure la mention "R. le meme jour le 15"

  Reste à trouver la réponse à cette lettre. Elle existe peut-être dans la correspondance du district (série L des ADG).
   Pour nous replonger un peu dans la "grande histoire", indiquons que nous sommes alors aux tout premiers jours du Directoire et que, le même jour, Lakanal faisait rapport au conseil des Cinq-Cents sur les livres élémentaires destinés à l'instruction publique.