L'écrivain gardois André Bernardy a écrit un livre intitulé "Les sobriquets collectifs (Gard et pays de langue d'oc)" (Editions Peladan, Uzès, 1962) dans lequel il procède à une recension systématique desBernardy_ surnoms dont sont pourvus les habitants de nos villages, non pas en tant qu'individus mais en leur qualité de membre d'une communauté. Les habitants de Congénies figurent évidemment dans cette liste. A. Bernardy a noté deux sobriquets collectifs les concernant. Il écrit à leur sujet :
   "Les gens de Congénies sont peut-être un peu plus délicats tout en restant goulus puisqu'ils furent qualifiés de "galavards" c'est à dire à la fois gourmands et voraces" (page 86).
   Et plus loin (page 174 et 175) il signale un autre sobriquet pour les Congénois :
   "Ailleurs, certains terroirs deviennent, à l'occasion de fortes pluies, de véritables bourbiers. Les cultivateurs en supportent bien entendu les conséquences, non seulement dans leur travail... mais aussi dans les sobriquets qui leur furent attribués : ceux de Canaules et de Vicq-le-Fesq sont "lous fangassié", c'est à dire ceux qui marchent dans la boue ; les habitants de Congénies sont "lous crébo-fangas" qui a le même sens..."
   Que l'on se rassure : d'autres sobriquets sont beaucoup plus méchants ou méprisants que ceux qui sont censés qualifier les Congénois !